Les femmes qui lisent sont dangereuses

Une femme est toujours dangereuse mais quand elle lit… elle l’est encore plus. 

Ce ne sont pas les éditions Flammarion qui nous diront le contraire. Ce beau livre, signé Laure Adler et Stefan Bollman, regroupe de nombreuses œuvres mettant les femmes attirées par la littérature à l’honneur. 

Pourquoi faire? 

Et bien de un parce que mettre à l’honneur les femmes n’est pas accessoire et de deux, comme beaucoup de choses, avant les jours plutôt heureux que nous connaissons, la lecture était considérée comme non nécessaire pour nos ancêtres de la gente féminine. Avec la littérature c’est la porte ouverte à l’imagination, à la réflexion, à la liberté de penser. Qui dit tout ça, dit construction d’une pensée propre et d’une opinion. A partir de là, les femmes sont en mesure de rivaliser d’esprit avec ses Messieurs, ce qui n’est pas envisageable nous imaginez bien. 

Une femme capable de comprendre et surtout participer à une conversation d’homme! Fichtre! Avec la lecture c’est le début de la fin pour le dicton « soit belle et tait toi ». Les œuvres littéraires sont une porte ouverte vers la liberté. 

Les femmes qui lisent sont dangereuses de Laure Adler et Stefan Bollman, éditions Fammarion
Les femmes qui lisent sont dangereuses

La femme a su devenir dangereuse

L’angle choisi par les auteurs est celui de l’histoire de la lecture chez les femmes. Laure Adler s’occupe du texte avec lequel elle cherche a mettre en avant le moment privilégié qu’est la lecture. La femme et son livre. Moment de connaissance solitaire et conquête de liberté. Son travail vient s’allier à celui de Stefan Bollman. Ce dernier a travaillé sur le choix des peintures qui nous permettent de comprendre le contexte qui entourait ses femmes qui, face à leur livre, aspiraient déjà à l’égalité des sexes. 

L’ouvrage est une petite merveille. Il rassemble 130 photographies et peintres du Moyen-Age à nos jours. On retrouve des œuvres de Manet, Rembrandt ou encore Hopper. 

Textes et peintures nous révèlent une seule et unique chose. Les femmes ont toujours lu. Leur émancipation est paradoxale. Pas pour nous Mesdames mais pour ses Messieurs. Elle leur déplaît et les inspire à la fois. Et oui la grande majorité des œuvres artistiques qui nous représentent sont faites par des hommes. Amusant non?

Ce n’est pas un simple livre bien relié et bien emballé, c’est à lui seul un petit musée à garder précieusement sur sa table de chevet et à bichonner jusqu’à la fin de sa vie. 

Photo©Aurore Duplessis

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s