Les p’tites lectures #12

C’est la rentrée! J’en ai tourné des pages cet été. J’ai dévoré quelques livres papier comme numériques. Alors pour ce beau mois septembre, qui donne envie de prolonger l’été, je vous en présente trois.

Trois livres, trois styles différents.

Retour à Birkenau de Ginette Kolinka

Résumé: Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit-frère de douze ans et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Auschwitz-Birkenau : elle sera seule à en revenir. Dans ce convoi du printemps 1944 se trouvaient deux jeunes filles dont elle devint amie, plus tard : Simone Veil et Marceline Rosenberg, pas encore Loridan – Ivens.
Aujourd’hui, Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps de la mort. La peur. La haine. Les mots. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva. Que tous, nous sachions, non pas tout de ce qui fut à Birkenau, mais assez pour ne jamais oublier. Ginette Kolinka, à presque 94 ans, raconte son histoire en fermant les yeux et se demande encore et encore comment elle a pu survivre à « ça »…

Mon avis: Vous commencez à connaître mon attrait pour tout ce qui touche à la Seconde Guerre mondiale. J’ai lu pas mal de livres autobiographiques et à chaque fois que je les referme, la première question qui me vient, c’est: « comment l’Homme a-t-il pu en arriver là »?

Ce livre est écrit de la même façon qu’elle raconte son histoire aux jeunes qu’elle accompagnent sur les lieux. Entre les mots, se dessinent les souvenirs d’une femme qui a survécu à l’horreur. Il n’est pas là pour faire pleurer. Il est là pour qu’on n’oublie jamais les atrocités qui ont eu lieu dans un temps pas si lointain que ça. 

Un livre à lire au calme, dans son fauteuil préféré avec un tasse de thé qui réchauffe.

Les aérostats d’Amélie Nothomb

Résumé: Ange, 19 ans « mène une vie assez banale » et étudie la philologie. Après avoir répondu à une petite annonce, elle donne des cours de littérature à Pie, un lycéen de 16 ans dyslexique. La romancière souhaitait avec cette rencontre explorer comment deux « très jeunes gens, qui sont chacun à leur manière, très emprisonnés » peuvent s’aider à avancer. « Ange c’est moi à 19 ans » avoue Amélie Nothomb, qui confie avoir également été, au même âge, « terriblement sérieuse » comme son héroïne. « Elle a beaucoup de points communs avec moi » insiste-t-elle, en pointant notamment les études et les difficultés de la jeune femme à rencontrer des amis.

Mon avis: Dans ce tout nouveau roman, Amélie Nothomb se dévoile ou plutôt se raconte à travers Ange. C’est la première fois que l’autrice emmène les lecteurs dans sa Bruxelles natale. À travers cette relation entre les deux jeunes protagoniste, elle nous livre son point de vue sur quelques classiques de la littérature qu’elle affectionnent. On pénètre un peu plus dans l’univers Nothomb aussi sinueux qu’évident. Une lecture qui se fait comme toujours en deux temps puisqu’il faut aller au-delà des mots pour comprendre la réflexion que soulève Amélie Nothomb. 

Un roman à dévorer avec un papier et un crayon pour noter des idées de nouvelles lectures et revoir ses classiques.

Et que ne durent que les moments doux de Virginie Grimaldi

Résumé: L’une vient de donner naissance à une petite fille arrivée trop tôt. Elle est minuscule, pourtant elle prend déjà tellement de place.
L’autre vient de voir ses grands enfants quitter le nid. Son fils laisse un vide immense, mais aussi son chien farfelu.
L’une doit apprendre à être mère à temps plein, l’autre doit apprendre à être mère à la retraite.
C’est l’histoire universelle de ces moments qui font basculer la vie, de ces vagues d’émotions qui balaient tout sur leur passage, et de ces rencontres indélébiles qui changent un destin.

Mon avis: Je ne sais pas si vous connaissez Virginie Grimaldi, mais pour moi, c’est un coup de foudre littéraire. C’est le deuxième que je lis et à chaque fois, je me demande elle fait pour dépeindre à autant de justesse et d’humour la vie normale des gens comme vous et moi. Celui-ci est inspiré de la vie de l’autrice. Ce qui lui donne une dimension particulière. Il parlera à toutes les mamans, mais fera aussi comprendre à tous les enfants que nous sommes ce que vivent, celles qui nous ont donné la vie et qui doivent un jour nous laisser partir. C’est l’histoire de ma maman. De la vôtre aussi. Ce livre est un ascenseur émotionnel qui nous fait voir la vie du bon côté. Un roman qui met la larme à l’œil, qui fait sourire et qui fait rire. 

Un ouvrage à lire lové son plaid avec bon carré de chocolat noir.


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s